Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
Gallery Clément Cividino Ent.
Gallery Clément Cividino Ent.
Menu
Atelier Palègre / Jean-Paul Brunet

Atelier Palègre / Jean-Paul Brunet

Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Né en 1942, Jean-Paul Brunet fait ses armes à l’école d’Art de Valence. Peintre dans un premier temps, il se perfectionne ensuite au travail de la terre pendant trois années chez un potier traditionnel de Saint-Désirat.

Jean-Paul travaille la terre chamotte, la terre réfractaire et la porcelaine. Les glaçures sont faites de cendre de bois et d’oxydes sur engobe ou sur terre brute. Avec Suzy son épouse, il réalise de la poterie utilitaire jusqu’à ce jour de colère homérique ou il écrase à jamais ses tasses pour se lancer dans la sculpture.

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Né à Ponsas dans le nord de la Drôme, en 1942, sa famille y était installée depuis la Révolution. Son père, compagnon du Tour de France, avait créé la fabrique de poteries d’Andancette avant de racheter celle de Ponsas, car il tenait à ce que son fils naisse sur la terre de ses ancêtres.Mais Jean-Paul, contrairement aux souhaits de son père, ne veut pas prendre la suite de l’entreprise paternelle. Il préfère s’inscrire à l’École d’Art de Valence dirigée par Paul Bernezat.

Il y rencontre Suzy, qui deviendra sa femme. Pendant deux ans, ils se forment à Saint-Désirat auprès d’un potier-paysan. Puis ils font construire leur atelier, la Palègre, sur une colline à Ponsas, dans le style « maison à bulles » propre à l’architecte Haüsermann.

Pendant dix ans Jean-Paul et Suzy font de l’utilitaire avec beaucoup de succès ; ils ont de gros clients à Lyon et aux Baux de Provence.

Puis Jean-Paul décide de sauter le pas.
Il n’attendra plus d’éventuelles commandes mais fera ce qu’il a envie de faire. Il se lance à corps perdu dans la sculpture et, dit Suzy, « il y passait des heures et oubliait tout. »

Ils utilisent de la terre prise à Saint-Vallier auprès d’une entreprise de produits réfractaires. Il s’agit de terre chamottée cuite à température maximale de 1280 °.

Jean-Paul meurt en 1996, à 54 ans, victime d’une terrible maladie. Suzy est abattue : « J’étais en osmose avec lui. Nous travaillions toujours ensemble, pensez, nous nous étions mariés si  jeunes ».


J. Delatour et J. Clerc
Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°63 d' octobre 2015 pp. 33 à 37

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre - Jean-Paul Brunet / Courtesy Gallery Clement Cividino

Atelier Palègre / Jean-Paul Brunet